Une femme…

C’était la semaine passée, j’étais dans un train et j’étais assise seule avec mon bouquin dans les mains. Il n’y avait personne à côté de moi, donc j’ai décidé de déposer mon sac à main à la place vide. Le train a démarré et on est arrivé à l’arrêt suivant: certains étaient arrivé à leur destination et les autres entraient dans le train.

Apres cinq minutes, j’ai vu de loin une femme âgée qui se dirigeait vers la où je m’asseyais. J’ai donc enlevé mon sac à main pour qu’elle s’essaye à cote de moi. Après s’être assise elle a sourit et j’ai sourit en retour. “Je pensais que j’allais rater le train.” Elle dit cela pendant que le moteur gémissait et secouait vers l’avant. “Quel plaisir de vous trouver ici, ma chère. J’essaie toujours de trouver une place où il y’a au moins une autre femme. Patrick, mon mari, est catégorique à ce sujet. Beaucoup de choses terribles se passent dans les trains ces jours-ci!” Elle s’arrêta pour reprendre son souffle et sourit encore… une expression rayonnante et douce malgré son agitation intérieure. “Je vais à Manchester, et vous?” elle me demanda. Quand j’ai hoché la tête pour lui signifier que ce n’était pas ma destination elle continua: “Peux-tu le croire qu’après toutes ces années, Patrick me le rappel chaque fois. Il le fait car une fois j’ai oublié de descendre et il pensait que j’étais perdue, mon pauvre chéri. Il ne semble pas se rendre compte que je n’ai que soixante-dix ans et que je suis encore capable de gérer une situation sans lui!” Elle s’arrêta de parler pour scruter l’intérieur de l’un de ses sacs et a retiré une petite boîte à bijoux…

“Il voulait venir avec moi mais je voulais que son cadeau soit une surprise. Demain, nous célébrons nous noces d’or. Aimerais-tu voir ce que je lui ai acheté?” Sans vouloir avoir l’air désagréable, je feignis être intéressé par le coupe-cigare en or. Elle fit sortir un petit rire qui sonnait étonnamment comme celui d’une jeune fille: “Je sais qu’il va l’adorer car ça a plutôt une signification particulière tu vois… Quand nous nous sommes mariés, il avait l’habitude de fumer partout dans la maison et je le détestais. Eh bien, nous avons eu de terribles disputes sur ce sujet et alors nous avons trouvé un compromis. Il a renoncé à la cigarette et à commencé à fumer des cigares à la place car j’ai toujours adoré l’odeur de la fumée des cigares.”

“Penses-tu te marier un jour ma chère? Bien sur que oui! Une belle fille comme toi devrait se marier! Tu sembles gentille, affectueuse, avec un sourire si rayonnant! J’espère que tu auras un mariage aussi merveilleux comme celui que j’ai avec Patrick et moi ont! Je m’attends à ce qu’il te semble ridicule venant d’une vieille dame comme moi, mais nous sommes encore plus amoureux que nous l’étions il y’a cinquante ans. Nous sommes très chanceux de s’être trouvé l’un et l’autre!”

Et je répondis: “Oui, cinquante ans c’est longtemps. Mais… Si ça ne vous dérange, puis-je vous poser une question?” “Oui, ma chère, je t’écoute” “Tout à l’heure, vous avez dit que vous avez eu de terribles disputes avec votre mari. Ben… alors, elles n’étaient pas toutes heureuses ces années…” La vieille dame se pencha en avant et me caressa la main…

“Mais bien sûr, elles ne l’étaient pas toutes. Le mariage n’est pas toujours comme ça! Tu penses que quand tu quitteras l’Église ça sera facile parce que vous vous aimerez beaucoup, mais apprendre à vivre ensemble n’est jamais facile. Nous nous sommes battus comme des chats et des chiens sur presque tout. Nous voulions chacun faire les choses à notre propre manière, ce qui était impossible, tu vois…” Et je l’interrompais en lui disant: “Et n’avez-vous jamais… et bien, pensé de le quitter?”
“Bien sûr, de nombreuses fois! Mais à notre époque, notre génération croyait aux vœux-pour le meilleur et pour le pire. Nous voyions le mariage comme un engagement à vie! Si nous sommes encore ensemble c’est parce que nous avons appris à donner autant que recevoir!

C’est différent aujourd’hui je le sais, et Patrick et moi disons toujours que c’est dommage quand on lit les statistiques du divorce. S’ils avaient seulement essayé un peu plus fort, un peu plus longtemps, et ils auraient trouvé leur chemin vers le genre de bonheur que nous avons maintenant. C’est une question de tolérance, n’est ce pas? Si deux personnes s’aiment et ont la volonté de trouver un moyen de s’en sortir, le véritable amour en vaut la peine! Tout l’effort, les sacrifices et les mauvais moments! Mais aussi, tu n’as probablement pas encore éprouvé ce besoin, mais un jour J, quand ça sera ton tour, tu comprendras ce que j’ai voulu dire…

Ah on s’arrête! Tu ne descends pas à cette gare? Je pensais que tu n’allais pas à Manchester?” Et je lui réponds: “Non, mais c’était tellement agréable de vous rencontrer et vous parler, j’ai appris beaucoup de vous et j’espère que vous aurez une belle journée demain pendant votre jubilé d’or. Que Dieu vous garde pour l’éternité!” Et je suis sortie du train… Fin !

Leçon morale: Rien n’est facile dans un couple, il est seulement question de tolérance et de compréhension. Il faut aussi faire des efforts des deux côtés, des sacrifices, et se souvenir de la phrase “pour le meilleur et pour le pire” quand on veut renoncer, et ne jamais considérer le divorce comme une option. 🙂

(Photo par Rosalie Colfs)